Chers Amis,

 

Shabat Ki Tetze

 

Allumage des bougies 18h:28

 

Schachrit 08h:15

 

LA SYNAGOGUE EST OUVERT CE SHABBAT POUR SCHACHRIT/KRIAH/MUSAF UNIQUEMENT

 

Fin de shabat 19h:44

  

 

Conférence sur Zoom

 

  Conférence Hébraïque Parsha'at Hashavua Ki Tetze, par Yitzchak Gottlieb , Vendredi, 28.8.20, à 09h:00

 

https://us02web.zoom.us/j/86091889580?pwd=bERYMTh1d2ZlS3RaUjBUOWFiK2lGUT09

 

Meeting ID: 860 9188 9580

Passcode: 236083

 

 

♫ Concert de Chazanut avec le Jerusalem Chazanim Choir, ♫

Mercredi, 2.9.20 à 20h:00 en direct sur Facebook (dépliant ci-joint)

 

 

Conférence Hébraïque par Rav Adler, Jeudi, 3.9.20, à 20h:00

“ Lecture des Bénédictions et des Malédictions

avant Roch Hachana”

https://us02web.zoom.us/j/89417640910?pwd=aGw5ZVFJZWhWUXpLTWdjYVRyNGVCUT09

 

Meeting ID: 894 1764 0910

Passcode: 688183

 

   Conférence Hébraïque Parsha'at Hashavua Ki Tavo, par Rav Tamir Granot , Vendredi, 4.9.20, à 09h:00

 

https://us02web.zoom.us/j/85779300038?pwd=T2poRkpRMHNPK1VHUjNPeUtOT21Mdz09

 

Meeting ID: 857 7930 0038

Passcode: 911951

 

Dvar Torah Ki Tetze

 

Si tu וrencontre en ton chemin un nid d'oiseaux sur quelque arbre ou a terre, de jeunes oiseaux ou des œufs sur lesquels soit posée la mère, tu ne prendra pads la mère avec sa couvée ; Tu es tenu de laisser envoler la mère, sauf a t’emparer des petits ; de la sorte, tu seras heureux et tu verras se prolonger tes jours.  (Deutéronome 22: 6-7)

 

Ainsi, la Torah présente la mitsva de renvoyer la mère  avant de prendre ses oisillons ou ses œufs.

Le Rosh (Rabbi Asher ben Yeḥiel 1250 - 1327), dans son commentaire sur ces versets, offre une interprétation homilétique fascinante:

 

«Tu laisseras s’envoler la mère» - c'est Jérusalem, qui est la mère de la nation d'Israël. «Et (alors) vous pourrez prendre les { petits [pour vous» se réfère à Israël, car quand ils ont péché, Jérusalem fut détruite et Dieu les a renvoyé loin de Lui, comme le dit le verset  «si votre mère a été chassée, c’est a cause de vos péchés». [Isaïe 50: 1], et ainsi Jérémie  dit: «Le Seigneur a lache son courroux … Il a repandu ;le feu sur sa colere,à allume un incendie a Sion et il a consumé ses fondations. [Lamentations 4:11] Quand Israël a péché, le Saint, béni soit-Il, veut détruire son monde , comme il est  déclaré: «Si mon pacte avec le jour et la nuit, pouvait ne plus subsister… [Jérémie 33:25]  Au lieu de cela, Dieu  dit: «Je détruirai ma maison et apaiserai ma colère sur les bois et les pierres du Temple.» "Que cela devrait être bon pour vous."

 

La mitsva de renvoyer la mère fait donc allusion à la miséricorde de Dieu; plutôt que d’être  en colère contre sa nation cherriez, il l'élève sur les bois et les pierres du temple.

 

En effet, nos Sages [Midrash Eicha Rabba 4:14] ont relié le verset des Psaumes [79: 1] «Un chant d'Asaph: Dieu, les nations ont envahi ton héritage, profané ton saint temple et transformé Jérusalem en ruines» au verset dans les Lamentations que  le Rosh a cite:

 

Mais, n'aurait-il pas dû déclarer qu'Asaph pleurait, pleurait et se lamentait? Pourtant, le verset dit « chant a Asaph». La parabole est celle d'un roi qui a construit un baldaquin  pour son fils, qui est alors tombé dans une mauvaise voie; aussitôt le roi déchira les rideaux et cassa les poteaux de la verrière. Le précepteur du prince a prit une flûte et a chanta. Tout le monde a dit au tuteur: "Le roi a détruit la verrière d mariage de son fils et vous chantez !?" Il  répondit: «Je chante parce que le roi a détruit la canopée plutôt que de rugir sa colère contre le prince.» De même, ils dirent à Asaph: «Le Saint, béni soit-Il, a détruit le Temple et vous chantez?» Il lui repondit: «Je chante parce que Dieu a déversé sa colère sur les bois et la pierre, et non sur Israël.» C'est ce que dit le verset: «Il a allumé un feu en Sion et il a consumé ses fondations.»

 

Nous pouvons souligner que ce qui est dit sur la ville sainte vaut aussi pour la Terre sainte en général. Le rabbin Moshe Ḥagiz (né à Jérusalem en 1672, a passé près de cinquante ans à l'étranger comme émissaire, est retourné en Israël, et y est mort à Zfat vers 1750)  Il  écrit que pour la nation d'Israël, sa Terre  est comme une mère, souffrant pour ses enfants, leur donne la vie. C’est pour cela,qu’elle est appelée «le pays des vivants». [Psaumes 27:13]

 

À la lumière de l'approche du Maharal, selon laquelle la sainteté de la Terre est dérivée de la présence de sa Ville Sainte, il n'est pas surprenant que  Ville et  Terre ensemble protègent la nation de Dieu qui y vit. En vérité, la ville et la terre sont toutes deux la «mère de la nation d'Israël». (David Magence)

 

Shabbat shalom!

 

Le Va’ad